Passer au contenu

/ Faculté de musique

Je donne

Rechercher

Jazz et musiques du monde avec trois nouveaux professeurs

De gauche à droite : Juliàn Gutiérrez, Manoel Vieira et Luc Boivin, nouveaux professeurs invités en jazz et musiques du monde

Les musiques de Cuba, du Brésil et le jazz résonnent à la Faculté de musique. Découvrez la majeure en jazz et musiques du monde en compagnie de Luc Boivin, Juliàn Gutiérrez et Manoel Vieira, les nouveaux professeurs invités.

Un programme novateur

Depuis septembre 2021, la Faculté de musique propose une nouvelle majeure en jazz et musiques du monde. Cette spécialisation permet d’approfondir et d’élargir tant la connaissance que l’interprétation des styles et des genres musicaux brésiliens et cubains. À travers le jazz, les étudiantes et les étudiants sont en contact avec les musiques du monde, notamment les musiques latines. Cependant, selon Juliàn Gutiérrez, Manoel Vieira et Luc Boivin , trois nouveaux professeurs invités de la Faculté impliqués dans cette discipline d’études, « ce contact reste assez superficiel, voire caricatural, d’autant plus que la plupart du temps ces musiques ne sont pas enseignées dans le cadre universitaire ». Ce programme est une formidable opportunité qui s’offre aux étudiantes et aux étudiants, et on ne peut qu’accueillir avec enthousiasme la naissance de cette majeure!

Au cœur de ce programme, trois artistes pédagogues du Brésil, du Canada et de Cuba

Diplômé de la Faculté de musique de l’UdeM en percussions classiques, Luc Boivin a étudié les percussions latines et ibériques avec des musiciens renommés aux États-Unis, à La Havane et en Espagne. Très présent sur la scène musicale en tant qu’interprète, Luc Boivin est directeur musical de plusieurs productions scéniques et d’émissions de télévision – Belle et Bum, Beau et chaud, La Symphonie du Nouveau Monde. Depuis plus de 30 ans, il enseigne les percussions latines à l’Université du Québec à Montréal. En 2018, il a reçu le Prix hommage du Drum Fest International Ralph Angelillo pour l’ensemble de sa carrière.

D’origine cubaine, Juliàn Gutiérrez, pianiste, guitariste et chanteur, a obtenu une maîtrise en interprétation jazz de l’Université de Sherbrooke et un doctorat en musique de l’Université Laval. Rompu à divers styles musicaux – musique latine, jazz et musique traditionnelle québécoise – Juliàn Gutiérrez a composé et dirigé la musique des deux derniers albums du groupe Habana Café et celle de documentaires, dont deux récompensés par le prix de la meilleure musique au Festival Caracol et Ciné Plaza de l’Union nationale des écrivains et artistes de Cuba. Il a donné des conférences et des cours de maître dans plusieurs universités canadiennes.

Titulaire d’une maîtrise en piano classique de l’Université fédérale de Bahia (Brésil), Manoel Vieira a fait des études doctorales en piano jazz à l’Université Laval. Riche de cette double formation, il se produit comme soliste, pianiste-accompagnateur, arrangeur et producteur musical tant au Brésil qu’au Canada.  Musique classique, jazz et musique populaire font partie de son répertoire. Il a enseigné le piano dans divers conservatoires et universités du Brésil, son pays natal. Actuellement, il travaille dans plusieurs écoles de musique québécoises.

Les grandes lignes du programme

À travers la majeure en jazz et musiques du monde, les étudiantes et les étudiants exploreront les éléments fondamentaux des langages musicaux cubain et brésilien, non seulement par la pratique individuelle et collective sur divers instruments, mais également par l’analyse de partitions; cela afin d’assimiler les formules rythmiques, harmoniques et mélodiques.

Concernant la musique de Cuba, Juliàn Gutiérrez propose de découvrir et d’étudier des styles tels le changüí, le danzón, le cha-cha-cha, la rumba et la salsa ou la timba, tandis que Luc Boivin orientera son enseignement autour de la musique cubaine Son, avec une étude détaillée des rythmes. Quant à Manoel Vieira, il souhaite faire voyager ses élèves à travers les différentes régions du Brésil grâce à la samba, au choro, à la bossa nova, au frevo, au baião, au maracatú et aux rythmes d’origine africaine provenant de Bahia. De plus, des artistes renommés en jazz et en musique populaire latine donneront des cours de maîtres.

Outre l’aspect pratique, un volet important de ce programme est consacré à l’approche sociohistorique des divers styles enseignés, au contexte culturel qui les a vus naître et à leur évolution au fil du temps. Également, un cours sur les percussions dans le monde permettra d’aborder la migration des rythmes depuis l’Afrique, les Caraïbes, l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord; un cours que Luc Boivin recommande tant aux interprètes qu’aux étudiantes et aux étudiants en ethnomusicologie.

Un bagage solide et diversifié

La connaissance approfondie des musiques du monde, l’acquisition d’une polyvalence théorique et pratique, et la possibilité d’interpréter divers styles musicaux sont d’indéniables atouts.  Les étudiantes et étudiants peuvent ainsi assimiler les éléments des langages traditionnels afin de les transposer dans un langage plus moderne et personnel dans le cadre d’une composition, d’un arrangement ou d’une improvisation. Ce sont autant d’occasions pour les apprenants de stimuler et de développer leur créativité.

La majeure en jazz et musiques du monde suscite déjà l’intérêt d’interprètes sud-américains installés à Montréal. Certains d’entre eux, ayant contacté Luc Boivin, se proposent de partager leur tradition musicale avec les professeurs, les étudiantes et les étudiants. De fructueux échanges en perspective!

 

Nouveau programme: majeure en jazz et musiques du monde. Pour tout savoir sur cette discipline d'études